Pourquoi chez l’ostéo, ça “crac”?

Lors de certaines manipulations ostéopathiques, on entend un bruit, le fameux « crac ! »

D’où vient ce bruit ? Est-il néfaste pour la santé ? Ou au contraire montre-t-il que la technique a été réussie ?

D’où vient ce bruit ?

Lors de techniques de “cracking” sur les articulations, le but de l’ostéopathe est de redonner de la mobilité à celles-ci. Il fait alors une décoaptation : il  écarte les surfaces de l’articulation, pour ensuite les remettre à leur bonne position.
Hors il y a un liquide dans l’articulation : le liquide synovial. Lors de l’écartement de l’articulation, des petites poches d’air apparaissent dans ce liquide. Puis, pendant la technique, ces bulles d’air sont compressées lorsque les surfaces articulaires se remettent à leur place.

Le bruit que l’on entend est donc seulement le bruit de ces bulles de gaz, et non les os entre eux !

On pourrait comparer ce phénomène à une bouteille de champagne. Quand on l’ouvre, on entend un gros bruit : c’est le gaz de la bouteille qui s’échappe, mais en aucun cas le bruit du bouchon contre la bouteille.

Ce “crac” est-il néfaste pour la santé ?

Le craquement a été longtemps considéré comme mauvais pour les articulations, et notamment source d’arthrite précoce. Or comme nous l’avons vu plus haut, ce ne sont pas les os qui s’entrechoquent, mais juste des poches d’air qui sont compressées.

En 2011 une étude a montré que, sur 200 personnes âgées, celles qui se faisaient régulièrement craquer les doigts n’avaient pas plus d’arthrite que les autres. (étude en anglais ici)

Ainsi, une technique réalisée avec précision par un ostéopathe n’est pas dangereuse pour les articulations.

Technique lombaire - N&B

Le « crac » est-il un gage de qualité ?

Le « crac » en lui-même ne sert à rien.

Des personnes peuvent se faire craquer le dos ou les doigts mais cela ne corrige aucun problème. De plus, chez de nombreux patients le “crac” ne se produit pas ! Il n’existe aucun lien entre le « crac » et la réussite de la technique.

 

En conclusion, pour les patients qui redoutent le « crac » : n’ayez plus peur, les techniques de « cracking » ne sont pas dangereuses car l’ostéopathe respecte avant tout vos limites articulaires physiologiques, et ne va en aucun cas forcer sur vos articulations.

N’hésitez tout de même pas à parler de votre appréhension à votre ostéopathe, qui pourra adapter ses techniques pour que vous soyez plus à l’aise.

Et pour les patients voulant le « crac » à tout prix: il ne signe pas une technique réussie, seuls les tests de vérification permettront de savoir si l’articulation est libérée ou non.